Comment sortir d’ un mauvais rêve (16/09/19)

Description du cours:

Les cauchemars, pourquoi ?

NOTE IMPORTANTE en vue des élections de demain: le Daat de Breslev a toujours été de voter lors des élections. L’avenir de notre pays en dépend et il revient de notre devoir de se rendre aux urnes !

Rabbi Na’hman explique que lorsque nous faisons un mauvais rêve, c’est le signe qu’un côté de la mémoire du divin est ‘atrophié’. Cela signifie que les cauchemars sont donc synonymes d’oubli du divin.
Cette perte de mémoire est en réalité une perte de lien avec l’autre monde et avec le tsadik. Nous souffrons tous de cette amnésie et c’est précisément pour cette raison que nous faisons les mitsvot et que nous étudions ensemble chaque jour !

Rabbi Na’hman va même plus loin : cette mémoire doit également être travaillée en vue du monde futur. En effet, lorsque l’âme quitte ce monde, le choc de connexion est tel que la personne ne peut pas immédiatement comprendre qu’elle a quitté son enveloppe terrestre. Perte de mémoire… C’est d’ailleurs la raison pour laquelle le Minhag Breslev consiste à s’adresser au défunt avant l’enterrement et à lui rappeler qu’il est décédé et qu’il est bon pour lui de s’adresser à Rabbi Nahman Ben Fegua afin d’être réparé.

Rabbi Na’hman explique même que là-haut, des ” contrefaçons ” de Rabbi Na’hman se présentent devant l’âme.

À nous de travailler notre lien, notre mémoire, avec le tsadik dans ce monde afin de ne pas se laisser berner par de prétendus tsadikim de l’au-delà.

Soyons éveillés dans ce monde afin de ne pas perdre la mémoire après 120 ans